Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 21:10

 

Mardi Saint 2011 

 

 

Sur cette Pierre Il a bâti son Eglise en terre Romaine; 

 

De Paul Il a enjoint de faire prononcer son Règne;

 

Par Eugène, il fit poser son scel;

 

Par Julien il donna la vision et sa certitude ; 

 

De René il prit le Feu et le fit revivre.....

 

 

 

Les Cinq prénoms énoncés ainsi résument ensemble la dimension totale du Mythe Fulcanelli et l'année présente est signée déjà d'une forte concentration de l'esprit de tous ceux qui ont aimé, apprécié, lu et relu, comparé, sondé les deux livres les plus cités de toute la bibliographie de l'Alchimie contemporaine.

Le Mystère des Cathédrales     et  les Demeures Philosophales.

 

Notre premier article était rédigé afin de signaler des anomalies dans la première de ces deux oeuvres.

Notre dernière intervention sera de vous convier à admettre que ce " Mythe " n'est ni une fiction pure, ni la seule et unique marque d'un homme, qu'il se prénomme Pierre, Paul ou Jacques.....

 

De Pierre Dujols est peut-être née une impulsion fondatrice, que nous situons vers 1910-11 environ. Dès ce moment, le mystère des cathédrales est en chantier. Les illustrations signées et datées par Julien Champagne ainsi que le frontispice en font foi. 1910 1911.

Dans la lettre inédite que nous venons de publier, qui a l'avantage de se situer en avril 1911, un échange de correspondance entre Paul Dec.... et Pierre Dujols (qui écrit la lettre) nous fait savoir qu'une quinzaine de pages sont en circulation entre ces deux personnes et Julien Champagne....

Avec le concours qualifié de la maison d'édition des 3R ( Allieu ) Jean Artero et toute son équipe (les trois Artero) ont publié fin de l'année dernière le manuscrit jusqu'alors inconnu, rédigé par Jean Julien Champagne en 1908 et nommé   La Vie Minérale .  

L'existence de ce manuscrit postule avec netteté un Champagne écrivain en alchimie qui était jusqu'il y a peu inédit.

Paul Dec, que nous avons une bonne série de raisons de nommer Decoeur, semble un personnage central dans l'affaire du Mystère des Cathédrales.

Central mais aussi curieusement assez passif !

Lorsque nous savons qu'il s'agit en 1911, d'un septuagénaire, nous avons la faiblesse de penser que la gloire littéraire sur le tard ne le chatouille pas plus que le duvet d'un canard sur le cuir d'une vache....

Nous ignorons la suite donnée avant-guerre à cet oeuvre en gestation.

Pierre Dujols profite en 1914, pour publier sous le pseudo de Magophon son Hypotypose, à juste titre, réputée.

Il n'est alors plus question de parution et c'est la catastrophe d'août 1914.

Après guerre, la donne a changé. Paul Decoeur est toujours aussi actif, recevant chez les de Lesseps, quantité d'hommes considérables, des politiques au jeune homme Eugène. Actif au laboratoire, passif pour tout ce qui concerne les  " notes " et le  " manuscrit " consacré aux cathédrales.

Les notes ce sont ce magma d'informations contenues sous forme de petites notices. Ceci d'après le témoignage d'Eugène qui devient progressivement un personnage clé. Nous sommes alors au tournant de 1920.

Julien Champagne a longtemps travaillé avec la deuxième génération des de Lesseps, nous entendons par là, les plus jeunes fils du second mariage du patriarche Ferdinand de Lesseps. 

Encore une fois Jean Artero a souligné par ses brillants articles et par son petit livre fort bien illustré : Alchimie de Lesseps, la proximité de l'artiste avec Paul, Bertrand et Ferdinand Ismail de Lesseps. 

Puis vers 1922-23, survient un tournant brutal : l'entourage des de Lesseps disparaît avec "Fulcanelli" comme nous avons coutume de l'appeler aujourd'hui, probablement un peu naïvement.....

Walter Grosse, le Champollion du véritable alchimiste Paul Decoeur, surnommé Vulcain Solaire, nous a donné nombre de détails qui entérinent l'identité physique du  " troisième personnage" celui qui dans l'équation de départ Dujols - Champagne, tenait le rôle du   X    !

"Souffre et potasse pour obtenir le titre d' X"  ou de Polytechnicien dit le récipiendaire ou taupin....

Vers 1923, d'après Eugène Canseliet, on se remet au travail, littéraire s'entend, et en deux ans de temps se dessine la première édition du Mystère des Cathédrales. 

Si l'oeuvre avait été de Julien Champagne, croyez-vous vraiment ami lecteur, qu'il aurait eu besoin d'Eugène Canseliet pour le rédiger ???????

Pourquoi alors, s'il s'était agi de produire un pur pastiche d'un manuscrit déjà largement rédigé avant guerre par Pierre Dujols, sur lequel ce denier aurait eu son mot à dire, et ses ayant-droits à voir sur ses droits d'auteurs, pourquoi alors tout le monde extérieur à la petite cellule active ( Canseliet - Champagne) s'est-il tu et à laissé faire ?

 

Et s'il y avait eu une troisième homme " Monsieur X " le polytechnicien ? Que de sa fenêtre sur l'éternité, il ait pu prononcer une parole et le miracle de se produire ?

Dans sa radioscopie de 1978 (ah quelle date ici et là, à Paris dans un bureau de radio, à Rome dans les couloirs du Vatican, au Caire où se clôture l'ère des questions coptes, etc....) avec Jacques Chancel, Eugène Canseliet joue son va-tout de la sincérité et du respect de la consigne.

- Jacques Chancel : Mais Eugène Canseliet, au fond, Fulcanelli, qui est-il ?

 

- Eugène Canseliet : Oh c'était un homme considérable ! Pensez, il recevait tant de grands hommes, enfin, des hommes comme vous et moi, mais qui étaient célèbres, dont on lisait les noms dans les journaux.....

 

Plus loin :

- Jacques Chancel : Mais alors, Eugène Canseliet, vous connaissez son nom ?

- Eugène Canseliet : Aaaaahh nooooonnnnn !!!!!

 

Que le lecteur me permette un instant de ranger mon mouchoir ! La contorsion obligée du disciple presque collé devant l'obligation de donner un renseignement capital m'a fait hurlé de rire..... Et donc, j'en reviens au fil de ma réflexion.

Voilà bien Eugène Canseliet et sa croix. Obligé de perpétuellement camoufler l'homme considérable. Et quelle énergie de soutenir son attention sur le moindre propos. A 78 ans et demi, essayez-donc, vous m'en direz des nouvelles.....

La seconde préface du mystère des cathédrales contient aussi une perle du genre : je sais tout mais je n'écrirai pas ce que vous attendez que j'écrive....

 

Et à vous de découvrir la perle et de bien la savourer.

Nous avons un immense respect pour le sang-froid perpétuel conservé par le porte-flambeau de l'alchimie au XXème siècle. Tant décrié depuis son décès, jalousé par certains, raillés par d'autres....Peu importe, mais paix à son âme.

Revenons aux choses actuelles. 

 

Walter Grosse, ayant émis son verdict en conscience, a suscité au fond d'un hameau belge la réaction de mon prédécesseur Filostène Senior. Lequel m'a proposé, même pas incité, à produire le livre que d'aucuns décrient déjà.....

Et que diraient-ils si je publiais la suite ? Dans ces échelons qui parlent de la théorie, il faut d'abord poser un cadre à la réflexion philosophique, repartir au sources mêmes du langage, pour pouvoir s'appuyer sur un texte quelconque.

Et quel art pourra le mieux évoquer la racine de ce que les cabalistes ont le mieux ressenti : la langue verte.......

 

Nous devons trouver un vase, la chose est entendue. 

 

En alchimie, il est aussi question d'un jardin où semer pour faire croître.

En alchimie, il est surtout besoin d'une âme bien disposée, favorable aux souffles purs et dont la patience est à toute épreuve.

En alchimie, lorsque l'espace devient un coeur unique, effacant tout repère égocentrique, alors la Pierre peut choisir son Vase.

 

Si nous écrivons ce soir, c'est dans la mémoire de cet autre vieil homme dont les repères et la présence s'effacent peu à peu, dont la vie est ailleurs, et dont on doute déjà qu'il ait jamais existé..... 

Comme ce français, né en 1839 et qui s'est effacé en toute vraisemblance en 1923, et qu'il se soit appelé Pierre, Paul ou Julien peu importera.....

Le mythe Fulcanelli survivra aux interventions du colloque ; nous n'y ferons qu'une brève apparition, pour achever le témoignage nécessaire......

Nous allons maintenant refermer les pages de ce petit recueil de propos sur l'alchimie, en ce mardi saint qui il y a juste deux ans a coincidé avec le départ de Filostène Senior vers d'autres cieux.

 

A l'heure actuelle, nous n'avons pas encore décidé si Deneb Cygni reprendra ce même blog pour vous entretenir d'astrologie ésotérique, ce qui a première vue peut sembler inintéressant pour les alchimistes, mais qui sait.... Comme il a de la ressource, et des intuitions à déchiffrer le brouillard lui-même, il parviendra peut-être à se forger un nouvel auditoire.

 

Je remercie chaudement tous les intervenants qui se sont exprimés en faveur ou contre notre prise de parole, parfois perçue comme une menace ou un canular, mais sachez que je n'oublierai personne là où le destin m'appelle.

 

 

Filostène


 




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laurent 21/04/2011 10:44


Bonjour à tous et à toutes,

Voici donc proposées aux familiers d'alchimie, les lignes qui, selon toute vraisemblance,forme testament et vont donc clôturer les interventions de Filostène via ce blog.

Tout d'abord, il convient de remercier le passeur qui a écrit ces articles. On ne s'attaque pas impunément au Mythe "Fulcanelli", tant le grand Adepte suscite toujours l'admiration ou la critique,
et alimente ainsi le débat au sein du microcosme des découvreurs de Mystère, qu'ils soient bien intentionnés...ou pas.

Il en aura fallu du courage au rédacteur de ce blog, tant il avait conscience de remuer bien des idées reçues et des convictions. La responsabilité était lourde de conséquences.

Ainsi, l'ouvrage fait déjà, à peine édité, l'objet de critiques, ce qui était bien prévisible...faisons donc le tri immédiatement entre les questionneurs honnêtes et sans prétentions, et les
contempteurs acerbes, jaloux pour la plupart des découvertes d'autrui, quelques soit le domaine envisagé...la caravane passe, et...

A ce propos, est-on bien certain de l'objet réel et premier de l'ouvrage "Fulcanelli exhumé", à savoir le thème qu'à souhaité développé avec talent Filostène ?

Oui, il s'agit de "Fulcanelli" et de son identité civile...mais. Filostène pose, par l'intermédiaire du grand Adepte et que ce dernier a developpée en son temps, la grave question de l'avenir de
l'humanité.

Et cette question nous renvoie à nous même, dans nos actes de tous les jours, si anodins peuvent-ils nous paraître, tel un miroir que nous ne souhaitons pas toujours regarder avec sincèrité et
honnêteté le reflet qu'il nous propose...

En tout état de cause, cet ouvrage nous porte à la méditation, avec humilité...et au travail surtout.

A ce propos, remarquons que Filostène nous en dit beaucoup au sujet de la pratique philosophale. Nous pouvons en effet retrouver certains thèmes développés par Fulcanelli, à la condition d'une
lecture attentive, à ceci près que l'auteur de ce blog a été d'une clarté que l'Adepte dévolu au siècle passé n'a pas souhaité étayés plus que cela...

Très évidemment, l'hommage rendu à propos de E. Canseliet est le bienvennu. Il était souhaitable en effet que les pendules soient remisent à l'heure. Et définitivement.

On me pardonnera le vocabulaire employé : qu'on lui f...la Paix. Il l'a bien méritée, cette Paix des Sages.

Enfin et pour terminer, à propos de perles, que l'on relise la dernière phrase du second paragraphe du Mystère des Cathédrales, deuxième préface,page 22, de la troisième édition...

Je renouvelle mes remerciements à l'auteur de ce blog, et gageons, que l'astrologie ésotérique saura nous apporter des éléments de réponses quant à la pratique du Grand Art.

Laurent.

P.S. : je me permets de recommander chaudement la lecure de l'ouvrage "Le Maître secret de Fulcanelli", de Nicodème.


27/04/2011 22:39



Bonsoir Laurent,


fidèle commentateur depuis les débuts de ce blog, vous participez à ses derniers propos....


A part les scans des documents qui seront montrés au colloque du Pradet le 7 mai prochain, et que je produirai en une page en guise de clôture, le silence va donc venir ponctuer cette bien
curieuse expérience de plus de deux ans.


Certains lecteurs pourraient penser que nous n'avons plus rien à dire, une fois le livre prévu édité. Mais, on ne peut avoir tous les rôles. Le Laboratoire en Alchimie, a été, est et sera encore
notre inclination la plus profonde.


Et en cela aussi, que Dieu nous entende, nous sommes en harmonie avec Filostène Senior et son prédécesseur dénommé désormais partout : Samuel David Cohen Lidiakos.


 


Merci à vous Laurent et à vous tous de votre passage parmi ces quelques lignes......