Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 10:15

Filostène vous remercie pour avoir partagé avec lui pendant maintenant  trois ans et demi, les discussions relatives à l'alchimie, aux alchimistes contemporains et à la culture réellement ésotérique, celle dont le fondement est la perception d'un monde structuré à partir des forces latentes de l'Univers.

 

Nous ne dirons pas assez merci à ceux qui nous ont encouragé, compris, aidé aussi, les éditeurs (Mr Goasguen et Madame Dubois) qui nous ont écouté, supporté durant ces mois qui tournaient autour du colloque du Pradet l'an dernier.

 

Nous clôturons notre blog qui a été une expérience très enrichissante. Cependant le silence convient mieux aux alchimistes que la publicité et l'épuisante controverse qui se perpétue autour des mêmes noeuds gordiens.

 

Si d'aventure nous nous exprimons encore, ici ou là, ce ne sera plus sous ce nom composé (Filostène) qui a été l'enveloppe de l'expression de nos deux prédécesseurs matérialisée par mes propos. 

 

Les deux livres publiés seront un jour relus sous un jour moins polémique, les éléments qu'ils contiennent nécessitant de plus amples développements. Nous sommes conscients que s'exprimer valablement sur l'alchimie consiste souvent à prendre le risque de rester incompréhensible. Les traités alchimiques de tous les temps partagent ces caractéristiques.

 

Pour tous les aspects touchant à l'identité de Fulcanelli, les hommes voire les femmes, qui ont entouré le grand alchimiste, nous donnerons à Walter Grosse ce qui nous est encore parvenu depuis peu. Il recueille ainsi l'héritage des données relatives à la vérité qu'il a fait connaître au monde entier.

 

Notre mission publique concernant l'alchimie est donc achevée par ces lignes.

 

Encore merci à tous et bons travaux, bonnes études, bonnes recherches.

 

 

Ph.B. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Filostène - dans symbolisme hermétisme
commenter cet article

commentaires

Athanor 08 02/12/2012 17:25

Bonjour Filostène,

Merci pour nous avoir offert cet espace de dialogue.
J’espère tout de même qu’il n’y aura pas une épidémie de fermetures dans le pays des Sages. Déjà que le forum de la Pierre philosophale vient de fermer ! Mais je peux comprendre que les travaux du
laboratoire vous appellent.

J’ai lu votre second livre. Compliments! Après les travaux de Walter Grosse et votre premier ouvrage, vous apportez des éléments décisifs, qui font que cette fois, le doute n'est raisonnablement
plus permis (personnellement, je ne doutais déjà plus après avoir lu le Puzzle Fulcanelli et votre premier livre). Fulcanelli perd définitivement son statut de mythe pour devenir un homme, une
identité. Il est probable (et même certain, d’après ce que j’ai pu lire plus haut) que certains ne vous le pardonneront pas; je pense néanmoins qu'ils seront bien forcés de s'incliner devant
l'évidence.
J'espère que nous aurons un jour l'occasion de nous revoir.
Cordialement.

Athanor 08

Filostène 03/12/2012 04:32



Bonjour Athanor08,


merci à vous pour votre mot empreint de courtoisie, qualité devenue rare au "pays des alchimistes francophones".


Le blog Filostène n'a pas été conçu pour se perpétuer. Le "défi" était de ne pas laisser les travaux de Walter Grosse sans écho, dans la mesure où il était dans la vérité. C'est sa résolution de
l'énigme qui a poussé Filostène senior à sortir les éléments qui sont maintenant portés à la connaissance du public, mais malheureusement, par une diffusion extrêmement réduite, et dont le
contenu est dors et déjà peu apprécié par ceux qui ont  "toute autorité" pour en juger....


Nous savions dès le début, en commentant les étranges bévues d'Eugène Canseliet au sujet de la statue de Saint Marcel au portail de Notre-Dame de Paris, que nos propos ne conviendraient pas à
ceux qui s'expriment depuis quelques lustres sur l'alchimie dans la langue de Voltaire et Rousseau.


Mais peu importe. Cela devait être fait, que cela plaise ou non.


Effectivement, comme beaucoup d'autres chercheurs, l'alchimie du laboratoire est de loin la priorité qui nous éloigne de ces discussions interminables. Nous avons témoigné en fonction des
éléments en notre possession. Que l'on nous le reproche nous indiffère.


Pour ce qui est des modifications du "paysage médiatique" des échanges sur l'alchimie, oui bien sûr, les temps changent. Certains s'exprimeront encore, d'autres viendront retenir l'attention.


Le temps du colloque sur Fulcanelli a marqué un temps fort de cette manifestation. C'est tout à l'honneur de ses organisateurs, et les participants ont dans leur très grande majorité apprécié
l'esprit général de civilité, de respect sans obséquiosité, de partage franc et cordial qui me laisse un excellent souvenir, et je pense que vous marquerez votre accord sur la qualité générale de
cette journée de mai 2011.


Je ne doute pas que vos travaux ne nous donne encore l'occasion de vous lire, Athanor08, et quant à nous voir, nihil obstat, bien entendu.


Soyez remercié de votre intervention en ces lieux et bien cordialement,


Autrefois Filostène 



Le philosophe Inconnu 01/12/2012 18:32

Erratum: lire bien sur :"la cloche du Roi Marc" et non "la cloche de St Marc"

Le philosophe inconnu 30/11/2012 22:04

ADDITUM

J'ai omis de préciser dans mon message, en ce qui concerne le blason de l'Abbé Jolivet, qu'en chef, il porte deux ANNELETS, alors que le blason des Cabarus, porte en chef deux ETOILES.

Le blason de l'Abbé Jolivet porte donc deux annelets en chef et une étoile à six rais, en pointe, alors que celui de la famille Cabarus porte deux étoiles à cinq rais en chef et une ancre marine en
pointe...! Ce qui, vous en conviendrez, n'a strictement rien de commun.

Pour ce qui est de l'interprétation tant de la cloche de St Marc, que du blason de l'Abbé Jolivet, et du l'écu final de Fulcanelli dans le mystère des cathédrales, je vous conseille d'étudier les
ouvrages de Gracet d'Orcet, vous découvrirez alors que la lecture véritable de ces diverses figures ont un rapport direct avec la pratique au laboratoire...Et n'ont aucun rapport avec l'identité
réelle de l'Adepte Fulcanelli.

Le Philosophe inconnu.

Le philosophe inconnu 29/11/2012 19:16

Monsieur,

Je viens de visionner un cours extrait sur "you tube" de votre intervention au sujet du "colloque Fulcanelli".

Dans votre précipitation à vouloir apporter à tout prix de nouvelles preuves en faveur de votre thèse concernant Paul Decoeur, vous dites voir dans le blason de l'Abbé Robert Jolivet, celui de la
famille Cabarus. Si vous aviez vérifié, dans n'importe quel armorial, vous auriez constaté que le blason de cette famille ne comporte pas une ETOILE, mais une ANCRE MARINE à la pointe du
blason...Puisque je fais allusion à l'héraldique, Eugène Canseliet à dit parlant de son Maître: "dont le bristol altier témoignait de la haute aristocratie". Ce n'est pas le cas de Paul Decoeur,
dont le patronyme n'a rien d'aristocratique...
Cette "erreur", vient s'ajouter à beaucoup d'autres en ce qui concerne votre thèse concernant l'identification de l'Adepte Fulcanelli.
Comme beaucoup de vos prédécesseurs, vous êtes parti, vous et le soit disant champollion de fulcanelli, sur de fausses hypothèses, n'ayant pas su accorder tous le crédit que méritaient les
déclarations d'Eugène canseliet, et surtout n'ayant pas su lire avec attention l'esprit de certains de ses propos...Et pourtant...!
Si la lettre de Pierre Dujols à Paul Decoeur, et celle du même Pierre Dujols à Raymond Roussel, à condition qu'elles soient authentiques, apportent quelque chose à l'énigme, ce n'est pas du tout
dans le sens que vous croyez.

Pour terminer je ne comprends pas cette volonté malsaine de vouloir percer à jour une identité que l'Adepte avait demandé de laisser dans l'ombre, pour des raisons qui lui appartenaient et qui vous
échappent totalement. Dans le même ordre d'esprit, pourquoi dans ce cas votre Maître Filostène a-t-il choisi l'anonymat, lui qui vous a demandé de porter au jour,des révélations sur ce qu'il croit
être la résolution du mystère Fulcanelli? Que diriez-vous, si certaines personnes s'acharnaient à découvrir l'identité de Filostène senior ?

En espérant que vous aurez le courage et l'honnêteté de ne pas censurer ce message.

Le philosophe inconnu

Filostène 01/12/2012 21:22



Monsieur, 


dans l'exposé lors du colloque fulcanelli, j'ai évoqué un rapprochement de forme entre deux écus qui bien entendu n'ont qu'une vague analogie. Mais, il me semblait curieux de faire voir quelque
ressemblance entre les Cabarrus et l'Abbé Jollivet qui comme vous le savez aussi, a manifesté de la façon la plus spectaculaire possible ce qui s'appelle : changer de camp. Jollivet fervent
défenseur du Mont Saint Michel s'est brusquement tourné vers l'envahisseur Anglais, les représentants du roi mineur Henry VI d'Angleterre, et donc le duc de Bedford, parce qu'il pouvait ainsi
accéder à son souhait le plus cher : oeuvrer au laboratoire, sain et sauf à Rouen (occupé par les Anglais). Ce changement est illustratif d'un problème lié aux F.C.H. qui à l'époque traversaient
une terrible crise de référencement aux rois de France.


Mais bon, je ne défend aucune lecture particulière des deux blasons. Cela n'était pas le sujet, sauf, et c'est le seul point par lequel je vous rejoins sur Grasset d'Orcet, que les deux culs de
lampe des Fulcanelli présentent forcément un " blasonnement" et donc " une langue verte " soulignée par la fameuse cloche dont j'ai parlé, et dont certains éléments font penser à une double
signature : Dujols (Lion Pierre pour Léon Pierre ou Pierre Léon Dujols) présentant un Cabarrus (fils naturel) comme porté par la langue verte d'Albion en terre de Bretagne.


Mais bon, je sais que ce n'est pas une lecture académique. Lorsque l'on lit attentivement les matériaux cryptographiques de G.d'O. on trouve rapidement que les conclusions du décryptage de
l'érudit sert en réalité son propos et on ne voit que peu de règles qui ne soient pliables à l'intention de l'auteur.


Puisque vous avez cité cet auteur en référence, afin de me montrer que vous avez du fond et que Filostène est un radoteur, qui abuse son auditoire en vue de racoller sur la thèse (qui n'est même
pas de lui, tiens) Fulcanelli = Decoeur.


Je crois que vous n'avez pas lu attentivement ni le premier, ni le deuxième livre de cet infâme auteur qui souscrit encore un commentaire alors qu'il préfère le silence. Mais puisque vous voulez
écrire et commenter, encore une fois, précisons à nouveau ce qui suit.


 


Eugène Canseliet était le garant de l'anonymat le plus strict de son maître Fulcanelli. Cet anonymat devait être respecté. 


Alors, comment se fait-il que c'est Canseliet lui-même, qui par ses écrits, et en particulier par ses alchimiques mémoires, a fourni tant de détails que Walter Grosse, au terme d'une enquête
systèmatique et sans contester la qualité et la verracité du témoignage du maître de Savignies, a abouti à un seul ingénieur des Ponts et Chaussées, Paul Decoeur ?


Faut-il bien s'interroger encore sur le pourquoi, si l'on veut bien se rendre compte, qu'il vint un moment où Canseliet s'est trouvé plus libre et délié d'un certain serment (qu'il évoque en
réédition 1973 des Demeures, lorsqu'il dit : Si en Héliopolis je me trouve sévèrement tenu au silence....) et que 5 ans plus tard, il rédige lui-même les articles qui paraissent alors dans la
Tourbe des Philosophes dans lequel il donne des détails qui sont parfois très précis.


En guise d'exemple, le récit repris de ses propres carnets de notes rédigées en 1920, et qui concerne les relations Fulcanelli avec Eugène Emmanuel Viollet le Duc. Pourquoi a t'il pris la liberté
de donner de telles précisions, qui permettaient à coup sûr d'avoir des vues précises sur les relations personnelles de l'alchimiste " anonyme"  avec son ancien Lieutenant durant le Siège de
soixante dix ??


Je pourrais refaire tant de citations des propos de Canseliet à propos de son Maître, mais ce serait presque recopier une partie du livre : de Vulcain Solaire à Fulcanelli !


Je comprends que vous n'appréciez pas mon point de vue. C'est votre liberté, et comme celle de votre liberté d'expression que je respecte entièrement (vous faignez que je vous censure, mais je
n'ai censuré aucun commentaire du début à la fin de la vie de ce blog), je n'en persiste pas moins à affirmer que ma lecture du mystère Fulcanelli qui complète et amplifie celle de Walter Grosse
est étayée, justifiée par un souci de dépasser un mur apparemment infranchissable.


 


Et ce mur le voici clairement montré.


 


Certains veulent qu'Eugène Canseliet soit vu et reste estimé comme le vrai grand alchimiste du siècle dernier en France, dans le prolongement du succès de l'oeuvre de Fulcanelli son maître.


D'autres veulent faire de Canseliet un individu soit naïf, soit roublard, qui a profité d'une vague positive pour le sujet de l'alchimie, pour se pousser en chef de file. Mais qui en réalité
était soit le disciple du peintre et alchimiste Jean Julien Champagne, et non un autre alchimiste inconnu (comme le philosophe du même nom), soit un guru autoproclamé qui avait grillé force
galène, puis force stibine sans rien découvrir du tout. Du bluff, le Canseliet !


Et donc, aussi dans la foulée, proposer au lecteur, après avoir déboulonner la statue du grand commenteur ( merci à la langue verte !) Canseliet, une autre filiation plus authentiquement patentée
: Pierre Dujols, Henri Coton-Alvart, Henri la Croix-Haute.


Permettez moi d'avoir un avis personnel là dessus : les deux branches d'un même chandelier qui s'anathémisent réciproquement me fait plutôt l'effet d'un spectacle sinon Ubuesque, à tout le moins
presque grotesque.


Et ce qui me permets d'avoir cet avis c'est que justement les sources que je mets en avant dans les deux livres de Filostène démontrent l'étroite parenté de ces deux lignages qui s'entre
déchirent depuis le décès de Canseliet (si l'on excepte Ambelain qui avait allumé la mèche).


Alors, pour moi, vos propos indignés me font l'effet du doux zéphir un soir de printemps.


 


Libre à vous, à l'infini d'en remettre autant de couches que vous voudrez....


 


Mais, libre à moi de tomber de sommeil de plume, à force de devoir perpétuellement recommencer à broder sur les mêmes propos....


Vous, comme moi, avons, à mon avis, bien mieux à faire en d'autres lieux (le labo par exemple).


Bien à vous Monsieur le Philosophe Anonyme (ha non, Inconnu !)


Signé : le pauvre gars qui rédige toutes ces merdes : Philippe Buchelot (tiens pas anonyme alors !)


 


 


 



Laurent 19/11/2012 21:07

Bonsoir,

Ce fut toujours avec un réel plaisir que nous avons lu les articles publiés dans ce blog, et qui, pour certains, ont alimentés des débats passionnés.

Il était risqué en effet, à maints égards, de lever une partie du voile et de dévoiler ce que la galaxie Fulcanélienne avait savamment et patiemment mis en place, pour d'excellentes raison de toute
façon...

Remercions encore une fois l'auteur de ce blog, pour nous avoir fait découvrir sous un nouveau jour Fulcanelli, Canseliet, Dujols...

Laurent

Filostène 20/11/2012 22:05



Merci à vous cher Laurent,


l'auteur de ce blog, décrié en coulisses, bientôt oublié, ou moqué, que sais-je, transmettra la suite de tout ce qui a été mis en lumière et que le milieu  " alchimique " (mais de quoi
s'agit-il exactement aujourd'hui ?) s'autorise à dénigrer, à Walter Grosse ou d'autres personnes discrètes, et plus tard, ayant tourné derrière le grand virage de l'invisible, d'autres lueurs
viendront alors éclairer ce chemin. 


Ayant volontairement terminé ce parcours, que dire de plus ? 


Laissons parler les "autorités" qui ont le panache et le brio de la plume, et retournons au laboratoire....


A vous revoir derrière le rideau de la discrétion, Laurent.


Autrefois Filostène