Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 13:47
Epiphanie 2010,

Chose promise, chose due...

En ce jour de manifestation de la fête traditionnelle de l'Epiphanie nous devions accomplir cette parole, dans les limites du possible, quant à la pratique de l'Alchimie, selon la voie humide si longtemps éprouvée par Filostène Senior.

Epiphainô veut dire en grec : se manifester à la surface, faire voir, montrer, apparaître.

Le long chemin de la voie pratique ne se dessine nettement qu'après un très long stage, de la matière comme de l'artiste.

Et précisons-le, stagiôn en grec évoque le liquide qui s'écoule goutte à goutte.

Puisque nous avons donné dans les pages de ce blog, quelques aperçus sur l'approche physique de la préparation des matières, il faut recadrer et préciser différentes notions essentielles tant de la " culture " de l'alchimie que de sa pratique proprement dite.

Notre Maître nous donna quelques indications sur cette "culture" qui permettent de ne pas se tromper sur la chose alchimique.

Aucun livre d'alchimie ne révèle la pratique, ni dans son essence (qui se passe de paroles mentales mais est de l'ordre du Verbe en action) ni dans ses moyens, parce que le processus central est à la fois simple et toujours différent.

L'on doit la production graduelle, puis exponentielle des innombrables traités d'alchimie qu'à des impératifs de décentralisation des acteurs de la transmission de ce mode de connaissance.
Réservé à l'élite sacerdotale, initiée durant de longues années et dont la fiabilité était prouvée et éprouvée, le Sanctuaire central était la garantie essentielle du Secret nécessaire à la perpétuation de la Tradition.

Née en Egypte, parce que recueillie par cette terre si particulière de civilisations englouties depuis plusieurs siècles, l'Alchimie n'était que la science de la Théurgie des Métaux, qu'ils soient vils ou précieux.

Une fois la mission pharaonique achevée, dans la civilisation héllénistique, le problème de la transmission à l'extérieur du Sanctuaire se posa.
Le monde grec, témoin attentif de ce tournant de l'histoire des pratiques réservées à la caste sacerdotale, fut le premier à témoigner des fragments, des tessons de poterie sur lequels figuraient les  " formules symboliques et magiques " qui animaient la matière minérale. Ces fragments sot devenus des traités au bout de quelques métamorphoses.

A jamais, l'écrit alchimique n'a pour seule ambition que de servir les initiables, à les plonger dans des concepts à la fois si simples et pourtant invisibles, hors de la pratique métallurgique et de la chimie ordinaires.

L'image centrale et le plus vieux symbole applicable au cheminement concret de l'alchimie est   le LABYRINTHE.
labyrinthe-amiens-perspective-copie-1.jpg Ici vous reconnaissez le labyrinthe octogonal de la cathédrale d'Amiens.

Le rôle capital du labyrinthe est de vous plonger perpétuellement dans la doute. Et en contrepoint, de tester continuellement votre foi, sa profondeur, son équilibre.

Autres visions possibles du cheminement, sur supports variés :


labyrinthe-vegetal-circulaire.jpg                                                                                                                                                                                                                                                                    labyrinthe-en-bois-octogonal.jpg                                      



Chartres_Labyrinthe.gif ce dernier étant le labyrinthe de la cathédrale de Chartres.

Vous pouvez, à votre gré, soit glissez contre les parois du labyrinthe adossé à la muraille et attendre que votre main vous renseigne sur l'ouverture d'une porte possible.... C'est comme cela que font les praticiens matérialistes imprégnés de leurs certitudes quant à la réalité de la matière et dans l'estime d'eux mêmes se voient découvrir l'astuce pratique qui leur ouvrira un simple chemin vers le centre de cette figure énigmatique.

Vous pourrez aussi prendre une petite lanterne et vous guider sur les pas laissé par les devanciers, réduits au rôle d'imitateur de ..... " à la manière de Nicolas Flamel, de Cyliani, de Fulcanelli ou d'Eugène Canseliet ".....
Il est possible, à cause de la faible clarté de la lampe, de passer à côté d'une porte largement ouverte sans distinguer celle-ci parce que trop distraits par les écrits du Philosophe qui vous fascine....

Mais voilà : les écrits ne contiennent que des voies très partielles. A vous de comprendre d'abord de quoi il s'agit.
                                                                                                             Un Philosophe passe sans bruit à côté d'un long boyau obscur contre lequel ruisselle discrètement un filet d'eau épaisse, qu'il a détecté par la source située au dessus de la roche supérieure et qui sourd une eau claire et abondante. Il se dit qu'il s'agit d'un endroit propice pour découvrir un filon qu'il faut suivre quoi qu'il en coûte.                                                             Ce Philosophe, après avoir lu des auteurs réputés pendant quelques temps, s'est mis simplement à observer finement les phénomènes qui forment les frontières entre les états et les moments.
                                                                                                             Frontière entre le jour et la nuit, frontière entre le minéral et le végétal, frontière entre l'état solide et l'état liquide. Il a pris pour maître, l'absence de l'idée préétablie dans l'expérience. Il faut savoir transformer la foi en vision de l'invisible lueur. La faible et lente mutation qu'accepte la matière lorsqu'elle subit le feu froid du ciel. Lorsqu'elle se rénove avec la vapeur perlante de l'eau réapparaissante au chapiteau des alambics.
                                                                                                             Au sein du sanctuaire Egyptien, l'initié se charge des tâches artisanales et rituelles à la fois, de faire naître le Premier Mercure. Rien à craindre, juste une question de temps : il pourra lorsqu'il sera attentif à l'apparition de la vapeur mercurielle, sentir avec de nouveaux yeux, situés à l'extrémité de ses doigts, comment produire cette onde, la retenir en baissant le feu, la laisser envahir les lieux bas, se condenser encore et devenir solide, à la frontière solide - liquide.
                                                                                                             Comme tout artisan, le Philosophe cherche avec ses yeux invisibles, la permutation des formes matérielles par la Lumière discrète de sa Foi éprouvée. L'Alchimie ne parle que de çà.
                                                                                                             Filostène nous a demandé de choisir la matière la plus prochaine de l'Oeuvre selon notre Foi. Alors Galène, Stibine, Cinabre, Marcassite, Sidérite, Cassitérite ou autre métal seul : les 7 lumières de la Tradition, le septenaire qui domine tous les textes de la tradition Hermétique : les Planètes du microcosme alchimique permettent-elles l'heureuse manifestation du Signe des Temps ?
                                                                                                             Selon lui, toutes peuvent mener au centre du Labyrinthe avec succès !           Il en veut pour preuve que chaque métal, imparfait et parfait, contiennent le même noyau, la même moelle : l' HUMIDE RADICAL METALLIQUE. Sa conjonction avec le Feu ou Esprit igné toujours créateur, donne un nouvel essor à la nature métallique. Mais les procédés pour parvenir à résoudre tous ces métaux à leur humide radical se résument à trouver le dissolvant naturel par une destruction impitoyable de la gangue, par une évaporation forcenée des dangereux dragons ou esprits corrosifs, puants, répugnants.
                                                                                                           Il ne sortira qu'un fluide noir, peu commode à cotoyer, mais le vrai début de l'Oeuvre : Saturne. Le vrai, le seul. Et à vous de sentir comment le faire évoluer vers de meilleures conditions. La purification ne peut être effective qu'en vous d'abord, en Saturne ensuite. Revoyer toutes les lames cristallines du Splendor Solis du Trismosin.
                                                                                                             Lequel Trismosin, soit dit en passant, représente en son traité muet et si parlant, la synthèse du Grand Oeuvre tel que les Grecs médiévaux le transmettaient tout au long du Moyen Age. Son écrit princeps, perdu depuis, intitulé    HLIOS Lampomenos , Hélios Lampoménos,  ce qui se traduit : Sol Splendens en latin, le Soleil d'armes resplendissant. Le traité rebaptisé vers 1598 Splendor Solis, n'est malheureusement plus qu'un vestige atténué du récit à la fois muet et éloquent de son devancier écrit en grec yévaniste, si délicat à traduire sans trahir !
                                                                                                           Signalons le ricanement spécial du Maître lorsqu'on évoquait les traités imprimés ou manuscrits et le peu de confiance que l'on peut accorder au témoignage autographe de certains des auteurs classiques comme des obscurs ! Pour ne citer qu'eux : le faux Geber, celui de la somme de perfection si différent du Jabir arabe, le faux Nicolas Flamel, auteur des figures hiéroglyphiques, le faux Cosmopolite, parce que trahit par Sendivogius incapable de se hisser à la hauteur culturelle de son devancier sacrifié, et puis plus récemment le livre à trois mains que sont les deux Fulcanelli .... La Tradition, soulignait-il, est ainsi un défi constant à la qualité de l'écrit, parce que ce qui compte c'est le passage des symboles dans l'esprit du lecteur. Inattentif, celui-ci rejette d'office le traité d'alchimie, incompréhensible et contradictoire. Mais pour qui persévère, sans chercher le lucre, peu à peu s'éveille la rêve d'une vraie métamorphose. Proche de la source de vie.
                                                                                                             S'efforcer d'atteindre l'humide radical métallique demandera d'utiliser les bons sels, adéquats et bien préparés. Mais là se trouve le piège. Il existe une affinité spéciale de certains sels pour certains métaux, certains ouvrent et d'autres pas. Pour n'évoquer que le simple sel NaCl du commun, il est déjà évident qu'il sera impropre au Grand Oeuvre tel quel, à moins d'aller dans les marais salants quérir la fleur de sel, le meilleur cristal, dont la finesse permet d'avancer nettement en première recherche....                                                                                                                                                         Tout sera de même à la lumière de votre vocation : aurez-vous les yeux au bout des doigts des artisans Egyptiens dont la perfection formelle reflétait déjà la volonté de la caste sacerdotale d'appliquer la connaissance théurgique à toutes les manifestations visibles de la mission pharaonique ?                                                                                                                               Philalèthe est à lire et à relire avec beaucoup d'attention, parce qu'il est un des rares à ne pas avoir été trahi dans le passage à l'imprimé, puisqu'il était directement présent aux épreuves de ses écrits. Et il est le chemin royal, à qui peut le suivre, dans le contexte de la voie humide. Les deux auteurs qui se confondent dans les écrits majeurs de Basile Valentin, sont eux, les meilleurs guides pour les praticiens par la voie sèche, et peu importe qui ils furent. Au cours de l'avant-denier article, nous avons cité quelques oeuvres contemporaines qui peuvent apporter des précisions sur le Grand Oeuvre.
                                                                                                             Comme le précisait un ami philosophe italien dans un courrier récent :           " La Matière est Une, et seulement une. C'est notre minière.... Il y a UNE SEULE Voie véritable, UNIVERSELLE. C'est l'ancienne, mais elle n'est jamais écrite. Par aucun, même si peu d'Adeptes l'ont parcourue...                        UNA VIA, UNA RES, UNA DISPOSITIONE                                                 Aucun Maître ne peut enseigner cette Voie, jamais : c'est interdit par la Tradition. C'est un parcours individuel, qu'il faut découvrir tout seul. C'est difficile parce que ce n'est pas "logique".                                                 Mais Mère Nature, Elle, elle est simple. Beaucoup plus simple que l'on ne peut le croire.... "                                                                                                                                                                                                     Et je souscris totalement à ces paroles du correspondant Philosophe lointain successeur de Dante et de Virgile. 
A ces sages préceptes d'autres pourraient s'ajouter, en cascade des échos de cette recherche si passionnante et si déroutante. La solution est dans la fusion de votre esprit avec ce qui donne vie et la retire, avec les rythmes lents mais jamais interrompus, avec cette sensation si étonnante à la réflexion, que tout tourne à commencer par nous et nous ne le voyons pas. La proximité du vocable Hélios avec Elix, le mouvement hélicoïdal, vous plongera dans la vraie philosophie hermétique : celle d'un mouvement perpétuel, mais jamais identique.                                                                                      Parvenu au centre du labyrinthe, puissiez-vous y vaincre vos démons, les esprits destructeurs, armés d'un pentacle étoilé, bien droit devant la lance de Saint Marcel ou Saint Michel et puissiez-vous remettre en mouvement grâce à Saint Christophe, porteur du Christ, qui se plaçait face à la Cathédrale Notre-Dame de Paris, autrefois lieu de croisement de tant de chercheurs de chrysopée ou argyropée .......                                                                  Alors, en trouvant la chambre du Roi et de la Reine, bien résolu à laisser agir la nature métallique, vous pourrez atteindre au seuil espéré.....
                                                                                                            En guise d'adieu à nos lecteurs voici deux des plus belles lames du Sol Splendens ou Splendor Solis.
                                                                                                         soli-lune-splendor-solis.jpg  
                                                                                                             splendor-solis-triple-etoile.jpg                                                                                                                                                                                        De la double étoile, une est en Terre, l'autre se contemple au Ciel des Philosophes. C'est là que désormais métamorphosé par le Signe ou Cygne blanc sur ce signe de l'Epiphanie, vous trouverez votre serviteur,en étoile réelle, Déneb Cygni, qui un soir de neige, culminait au sommet de son berceau.                                                                                                                                                                                                            Joyeuse fête alchimique et de la galette je vous souhaite la meilleure fève !  
                                                                                                               
 
  

Partager cet article

Repost 0

commentaires