Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 09:38
C'est en pensant aux impétrants de la philosophie hermétique, que Filostène Père, m'a indiqué autrefois (cahier de notes datant de 2002), les préalables humains, en m'incitant à les reproduire sous la forme traditionnelle du dialogue entre le néophyte et le philosophe initié.

N - question : Quelles sont les qualités nécessaires à exercer pour pouvoir se prétendre capable à exercer au laboratoire, en Alchimie ?

P - réponse : Elles sont nombreuses, et en ces temps où la civilisation actuelle a perdu de nombreux repères qui servaient autrefois aux labourants, il est plus difficile de se concentrer sur les qualités attendues par les Maîtres et par les Matières en attente d'évolution.

N - : Les matières attendent quelque chose de nous ?

P - : En quelque sorte, ou mieux, en parallèle avec votre intention d'oeuvrer en Alchimie, elles attendent un sort différent de l'extraction minière, parfois bien violente (réduction par grillage), elles sont en état de désordre mais avec les "souches" et "l'humide radical" toujours présents, quoique confus et pour ainsi dire "désespéré".

N - : Qu'entendez-vous par "souches" ?

P - : Ce sont les racines du lent mûrissement spécifique à chaque qualité minérale. Certaines sont spécifiées pour un devenir mercuriel, aérien, fait d'échanges variés, de support à l'énergie tant céleste que terrestre, d'autres conviennent à la nature du soufre, ardent, terrestre, dessicateur, igné et secret, qui n'agissent qu'au moment adéquat.... Et pour vous, le plus grand défi sera d'être prêt à l'heure de la décision, à la minute où vous devrez soit achever une distillation, soit provoquer la fixation lors d'une surfusion sèche, etc....

Les qualités minérales spécifiques vous obligeront au plus grand travail intellectuel que vous ayez jamais entrepris !
En effet, il y a des liens secrets entre certaines substances, arrêtées lors de leur évolution minérale, qui doivent être appréhendés en dehors, ou plutôt je dirais, au-dessus de leur devenir physique et surtout chimique.

N - : Vous pouvez m'en dire plus en précisant un exemple ?

P - : Et bien, prenons un exemple qui reprend sous un seul terme intellectuel, une foule de réalités minérales, dépistées l'une après l'autres par les vieux maîtres dans les différents règnes.

Je veux parler de la notion d' "alcali". Vous noterez déjà le passage entre la noire et fertile "al chémé" et "al kali" ou potasse vulgaire. Enfin, ce sont deux termes explosifs, et qui regorgent de possibilités !

"Al kali est" est l'alkaest, le plus grand des dissolvants des Maîtres.
Mais, pour l'obtenir, en voie humide, il faut se tourner vers des "souches" variées, celles que nous fournissent les trois règnes.

Il existe, pour les Sages, une véritable échelle du devenir, selon que l'on parle de la simple potasse minérale, apte à évoluer dans son règne, de la soude, d'essence végétale, qui convient à la spagyrique ouverture des êtres des plantes, ou bien encore, de l'ammoniaque provenant du règne animal, qui vous est spécialement bien connu, dans les endroits où la fierté humaine n'a pas cours....

N - : Pensez-vous que chacune de ces trois souches limitent l'usage des substances élaborées et les cantonnent dans leur règne uniquement ?

P - : Tout dépendra des matières avec lesquelles vous travaillez !
Si ces alcalis sont destinés à vos plus précieuses matières philosophiques, il faudra alors se concentrer sur les élaborations à base de potassium et calcium (celui-ci dans une moindre proportion) qui donneront de meilleurs résultats lors du premier oeuvre que l'ammoniac ou "harmoniac" qui déjà se trouve plus tard sur le chemin, en second oeuvre essentiellement.

Mais dans le Grand Oeuvre, les trois racines contribuent à certaines étapes de la montée subtile des substances en qualité.
Il n'est pas faux de penser qu'à différentes étapes de notre travail, nous rencontrons le feu secret en acte, par l'entremise des trois éléments chimiques appelés K potassium, So Sodium, Ca calcium, mais transversalement, et puisqu'en Allemand potasse s'entend pot asch c'est de la cendre indispensable au Troisième Ouevre, que sera encore extraite la coque de notre Oeuf tant  rêvé, tant voulu, si espéré....

N - : Pouvons-nous en revenir aux qualités humaines à mettre en oeuvre ?

P - : Outre une patience digne d'un hypnotisé, outre une volonté obstinée de vivre des centaines d'heures devant fourneaux et matras, l'oeuvre attend de vous des qualités précises. 
Tout se base sur deux colonnes : Rêve  et Volonté. Rêve plutôt que veille intellectuelle ! Parce qu'au fourneau, il ne faut pas penser quelque chose de précis : il faut à la fois agir, par la mise en route de l'opération (préparée de diverses manières je vais détailler après), puis assister, veiller en faisant le guet. Vous êtes virtuellement "de faction" tel un "Brittisch guardian" au pied de la Tour de Londres !!!
Mais, en éteignant les pensées, voire la musique, qui fait bruit de fond dans votre être, sans l'avoir sollicité, vous faites le plus grand calme possible !
Ensuite, mettons, une liquation ordinaire du métal, vous écoutez le bruit émis par la cuisson. Vous prolongez votre attention, en respirant doucement, rien ne vient troubler votre âme ! Vous avez éteint le mode de fonctionnement habituel, un peu chaotique de votre cerveau. 
A un moment, votre attention se trouble, quelque chose d'imperceptible a varié !
Si vous n'avez pas de points de repères, vous ne prendrez aucune décision.
Et pourtant, l'heure de la séparation de la gangue et du métal a sonné, discrètement, mais vous n'êtes pas en mesure de décider !
Et en configuration de surfusion, c'est le piège de la durée, vous ignorez s'il faut fixer ou non, s'il faut liquéfier ou rafermir la matière !
Et donc, vous avez laissé passer l'occasion de transformer le minéral : vous avez échoué, ce n'est pas grave, mais il faudra recommencer, reprendre d'autre matière etc.... Donc, c'est là que le Maître, vous envoie vraiment une grande tappe à l'épaule, ou si vous êtes étourdi, c'est un coup de pied au derrière qu'il faudra .....

C'est la préparation spéciale de votre animalité qui veut cela. Vous êtes un animal face à des minéraux ou métaux, et vous devez leur donner une direction précise, sous peine qu'ils vous échappent....

J'espère que vous pourrez profiter concrètement de cette mise en route, sinon, votre rêve tournera au cauchemar et au lieu d'un éveil concret à la vie des matières qui n'espèrent qu'un feu correctement appliqué, pour donner l'envol à leurs qualités cachées.. il n'y aura que tristesse et gâchis des matières.

Vous devez devenir congruent à ce double tempo : changer de registre (garde - éveil - action) au niveau de la veille, être au diapason des matières lorsque le moment est venu.

Sinon, vous avez beau être doué en mystique, cela ne s'amplifiera pas. Vous aurez toujours recours au même plan terrestre, même dans vos qualités humaines en donnant aux pauvres, en partageant tout ce que vous avez.
Il n'y a sur terre que l'alchimie pour faire la réunion par le feu, interne et souvent externe, du grain radical humain avec l'humide radical métallique.

Le jour où vous saurez séparer le ciel de la terre philosophique, où vous aurez démelé les racines de toutes sortes en fonction de leur évolution possible, vous aurez métabolisé et acquis LE DOUBLE FEU SECRET, qui seul mène à la cachette des trésors ignés du SOUFRE philosophique. 
Pas avant, pas après.

Vous ne parviendrez pas sans l'inconvéniant d'un phénomène parasite majeur du Grand Oeuvre !

Le monde extérieur ne s'accoutumera jamais  (famille, travail, patrie) du temps passé au laboratoire. Il vous mettra volontairement, ou innocemment, le plus de batons dans les roues ! Des impedimentas de toute nature, pour que vous arrêtiez de cuire ou d'oeuvrer !
C'est la "malédiction d'Hermès" au quotidien.

Et vous, sur votre échelle des Sages, en train, à force d'assiduité aux fourneaux, de vous efforcer de "rencontrer la vie minérale", vous subirez le phénomène dit "du voyageur de LANGEVIN" du plus bel effet !

Vous regarderez avec un certain dégoût tout ce bric à brac émotionnel venu de l'extérieur du labo, et rebrancherez avec regrets, mais sens des responsabilités, votre cogitation mentale et affective en retournant au Diable ! puisque nous y sommes tous un peu voués par la Chute originelle.....

Ai-je été clair ?

N - : On ne peut plus clair, même si toutes vos paroles ont des sonorités particulières, qu'il me faudra ruminer et peser, pour en déduire tout son contenu si condensé ! Vous voulez dire que l'alchimiste est envoyé dans l'espace-temps par son travail ?

P - : Effectivement, le temps ordinaire sera toujours insuffisant pour ce qui est requis en matière d'excellence alchimique ! Plus longues sont les opérations, même sous forme fractionnées et répétées, telles les distillations et putréfactions humides, meilleures seront les matières obtenues, en qualité et en titre. D'où l'incompréhension quasi générale de la science moderne quant au travail alchimique. Ce type d'opérations leur paraîtra totalement farfelues, inutiles, incongrues ! Et c'est tant mieux, en quelque sorte, parce que là aussi, le devenir est différent.

La précipitation est du Diable ! comme le dit la Tradition une et pérenne.
Et pour cause....

Le voyage dans l'espace-temps commence dès la mise en route des opérations d'ouverture canonique des matériaux choisis, et surtout lors des opérations de conjonctions et séparations répétées qu'il vous faudra maîtriser pour atteindre la première couronne en voie sèche, humide ou brève ! 
Ne vous étonnez pas dès la maîtrise du premier oeuvre, de voir et d'entendre une variété étonnante de teintes et de sonorités, hors des classiques crépitements de la matière en évolution ! 
Et que dire (ici le silence est d'or) de l'apparition de votre double, de nature androgyne, lors de la boulversante métamorphose des lacs et des continents dans le second oeuvre, dont la maîtrise réelle, vous fait connaître par le miroir des sages, une foule de choses sur le passé humain, animal, végétal et surtout bien sûr minéral....
Arrivé à ce stade de la maîtrise du Second Oeuvre, vous possédez les clefs principales, il ne vous manquera plus que le rendez-vous avec l'Empyrée...

Et c'est là que je reviens au point de départ : êtes-vous armé pour une telle aventure ?

N - : Quel rendez-vous, être armé en quoi ? Pourquoi ?

P - : Je vous sens enfin un peu déstabilisé et même désarmé ! Voilà qui est mieux ! 
J'ai évoqué jusqu'à présent quelques prérequis spécifiques à l'oeuvre alchimique. Je vous ai un peu désarmé en recourant à l'appareil magique du grand oeuvre qui peut vous pousser à la folie contemplative ! 
Parce que voilà le troisième pilier hermétique traditionnel : alchimie, magie, ASTROLOGIE.

N - : Voulez-vous parler d'astrologie appliquée à l'individu ? De la carte du ciel de l'aspirant alchimiste ?

P - : Tout à fait ! Il est pour les Maîtres, hors de doute qu'il faut se connaître aussi soi-même en regard du Ciel !
L'astrologie appliquée à l'individu fut autrefois une branche bien négligée des études ésotériques. Elles sont devenues incontournables par l'évolution individualiste du tissu social et par l'enlèvement des barrières conventionnelles qui encadraient autrefois le peuple, du sein duquel sortaient fréquemment des êtres d'exception ! Ceux-ci, avaient un "horoscope" personnel bien tranché, favorable aux activités supérieures. Ils étaient alors aiguillés vers ce qui leur convenait vraiment, en matière d'activités. Nombre d'apothicaires, d'orfèvres, de joaillers, avaient ainsi les qualités requises pour exercer sans obstacle majeur leur état.
Il n'est pas hasardeux de dire, qu'un des plus grands missionnés d'Hermès, à savoir, LE COSMOPOLITE, a su conduire sa route en Europe en contactant les petites mains les plus adéquates, les artisans les plus capables, en fonction de leurs astralités....

Donc, si vous voulez oeuvrer en Alchimie, connaissez au moins les linéaments fondamentaux de votre astralité, qui vous diront si c'est fait pour vous ou si vous devrez providentiellement requérir un Maître, ou un fidèle compagnon. Tout ceci n'est pas dû au hasard !

Prenons un exemple de nature alchimique.

Au renouveau printanier, dans le signe du Bélier, d'année en année, calculez et dessinez la position des phases de la lunaison en regard de votre thème. Refaites ce travail, pour toute la saison printannière. 
Quelles sont les dissonances majeures, quand surviennent-elles, et surtout voyez les influx des "trois bonshommes" que forment Mars, Jupiter, Saturne par rapport aux lunaisons annuelles en elles-mêmes, et ensuite voyez si cela se coule harmonieusement ou pas avec votre thème de naissance...
Alors, vous pourrez savoir, longtemps en avance, si telle ou telle année, sera une année pour travailler dans le Grand Oeuvre, mener des travaux préparatoires, qui nécessitent moins d'influx, voire pour refaire des études de maître-rotisseur.....

Comprenez alors, qu'il y a des Maîtres, tels qu'Eugène Canseliet, qui ont le Soleil conjoint à Saturne, excellente prédisposition à la science la plus sérieuse et honnête qui soit, mais systématiquement opposé à la lunaison des Gémeaux qui est celle du Troisième Oeuvre par excellence !
Petit exemple, un peu grossier, j'en conviens, mais qui a le mérite d'attirer l'attention sur ces corrélations inévitables du microcosme avec le macrocosme en voie de perpétuel renouvellement....
Il faut aussi se préparer ainsi à rendre fructueux l'emploi du temps. Dans le plus grand mépris des désideratas de la civilisation dans son mode de fonctionnement chaotique et arbitraire actuel. 
Pour vous persuadez qu'il faut ainsi se détacher graduellement, sachez que notre civilisation va bientôt connaître des modifications de plus en plus intenses, dont le basculement des pôles prédits par FULCANELLI sera l'apothéose et le point d'orgue.....
Aux astrologues actuels de comprendre aussi que la Tradition Hermétique est un héritage qu'il faut assumer sans le galvauder, sans quoi, il est inutile de tirer les cartes du ciel.....

 Donc, selon la position des luminaires dans votre ciel de naissance, vous pouvez déjà savoir ce qu'il est préférable de faire chaque année en fonction des transits et progressions, de la meilleure manière d'utiliser le temps terrestre. Sous peine de n'accéder que par bribes, à l'éternel présent qui est promis à l'humanité rachetée de sa malédiction antédiluvienne....

L'astrologie correctement appliquée est un des meilleurs gains de temps qui soit lorsqu'on se destine à l'alchimie pratique !

N - : En effet, voici une des pistes les plus cachées, jamais écrites en tout cas dans les textes classiques, et dont le seul qui pourrait avoir donné l'idée est sûrement LE TRIOMPHE HERMETIQUE de LIMOJON DE SAINT-DIDIER dans sa planche si belle à contempler ! 

P - : Exactement, et le lecteur de cette page aura aussi noté que nous avons résolument mis notre dialogue dans le sillage d'EUDOXE et PYROPHILE afin d'en renouveler les auspices favorables !

(une suite sera donnée à ce dialogue prochainement)




   

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laurent 09/06/2009 20:05

Bonsoir à tous...

A la lecture de ces mots, plusieurs lignes m'ont troublées, voir décontenancées...une mine de reflexions nous est offerte ici. A nous de travailler maintenant, et de tirer profit de ces leçons.

En un mot comme en cent : excellent.

Très bonne soirée à tous !

Laurent.

filostène 10/06/2009 11:49


Bonjour Laurent,

encore merci pour votre encouragement à la survie du blog, le but n'étant pas l'audience, mais bien de refléter ce que nous apporte de cotoyer un Maître, qui ont tous leurs caractéristiques
personnelles.
Le dialogue du néophyte et du philosophe est en réalité, un reflet de mes notes prises il y a quelques années sous la forme d'un dialogue, et puis, de la mise à l'épreuve des propos par la
pratique. Les quelques mots qui parlent du second oeuvre doivent indiquer le surgissement d'un monde auquel nous sommes au quotidien réellement sourd ! C'est le merveilleux dont parlait Eugène
Canseliet, et pour l'avoir vérifié par voie humide et par voie sèche auprès de Filostène père, est totalement "dangereux" sans préparation préalable ! L'émotionnel est happé par des images et des
sonorités qui "chuchotent" dans la langue des oiseaux: fascinant mais hallucinatoire si on devient "l'objet" de regard des entités ainsi manifestées... D'où l'absolue nécessité de la meilleure
stabilité affective et émotionnelle....
Et puis, il y a les vrais sourds et les impatients, qui n'entendent pas ces "phénomènes"...

A très bientôt et encore merci.