Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 13:00


Nous proposons au lecteur ci-contre la photo de la statue de Saint-Marcel conservée, encore actuellement, aux Thermes du Musée de Cluny (Paris 5ème).

 

Il s'agit de la statue initiale (vers 1150) endommagée  lors des troubles de la Révolution française et entrée au Musée de Cluny en 1857.

La date coïncide avec les travaux du portail de Notre-Dame où elle fut remisée et remplacée lors du règne de Louis XVIII, en 1818 selon Marcel AUBERT, cité dans notre article précédent, par le sculpteur ROMAGNESI.

De cette seconde statue, le cliché des frères BISSON en 1854 (au plus tard) est le seul témoignage
photographique, et le croquis publié par CAMBRIEL dans son cours de philosophie hermétique en 1843, un des rares dessins nous montrant Saint-Marcel sous une formule moins fidèle au symbolisme hermétique selon d'aucuns, et en tout cas s'éloignant de la parenté avec Saint-Michel avec qui il présente des affinités....

La présence dans la tour nord de Notre-Dame de Paris de la statue médiévale, affirmée par Eugène Canseliet dans sa troisième édition du Mystère des Cathédrales en page 144, nous pose encore une fois problème, puisqu'en 2005, nous l'avons trouvée lors de notre visite, dans la salle des thermes où elle avait été placée dès son admission dans les collections DU SOMMERARD devenues Musée des monuments, meubles et objets d'art de l'Antiquité, du Moyen-Äge et de la Renaissance.

Il est toutefois possible que vers 1960, cette ancienne statue ait séjourné à Notre-Dame.... Si un lecteur peut nous confirmer les propos d'Eugène CANSELIET, cela nous soulagera d'un doute supplémentaire.

Ce que la statue ici représentée nous permet de voir, ne permet pas de trancher la question de la longueur de la crosse épiscopale. Plonge t-elle, conformément à l'exigence symbolique, dans la gueule du dragon dont on ne voit plus aucune trace sur ce vestige ?

 

La statue d'après 1857, toujours en place, a rectifié l'étrange liberté du sculpteur ROMAGNESI, qui induisit en erreur CAMBRIEL, dans son interprétation devenue réputée.

 

Avant de dépasser les incertitudes pour aborder le plan plus purement alchimique, nous voulions attirer l'attention sur les trois versions différentes de la statue de Saint-Marcel de Notre-Dame de Paris.

 

Nous ne donnerons pas pour l'instant d'explications supplémentaires qu'un courrier en notre possession nous permettrait de faire quant aux filiations ésotériques des années 1920, puisqu'il n'y a pas de demande allant dans ce sens de votre part....

 

La version intermédiaire de Saint-Marcel permettait en effet de postuler l'emploi du glaive au lieu de la crosse....

 

Cette version martienne du sel vert était plus en rapport avec le détachement de l'étoile scellant le compost, mais la version initiale était plus conforme à la voie suivie et préconisée par Basile VALENTIN, dans ses douze clefs....
(plus particulièrement la 6è et la 7è clef)

 

Autrement dit, la ligne départageant les suiveurs de la voie humide (PHILALETHE - CAMBRIEL), de ceux de la voie sèche (B.VALENTIN - FULCANELLI - E.CANSELIET - ATORENE) .....

En guise de conclusion sur ce survol des versions de Saint-Marcel, il faut reconnaître que le symbolisme attaché aux sculptures réservent parfois aux visiteurs des surprises de "taille"....

Merci à vous


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ibrahim 28/03/2009 20:53

Bonsoir Filostène,

Oui, peut-être pouvez-vous apporter un éclairage sur le paris éso de ces années 1920?

A vous lire,

Ib

Anonyme 28/03/2009 19:28

Bonsoir,
Ne nous faites donc pas attendre trop longtemps au sujet de ces mystérieuses filiations ésotériques des années 20.
Cet histoire de Saint Marcel nous a mis l'eau à la bouche.