Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 10:55

Bonjour à tous,

 

nous avons reçu de Filostène la difficile mission de faire basculer le blog vers une dimension plus globale, avec l'homme au centre de la réflexion.

Un difficile pari parce que le milieu ésotérique est solidement compartimenté !

Certains esprits forts nous rirons au nez. Les plus patients d'entre vous verront peu à peu le pont entre deux disciplines réputées ésotériques.

 

Nous prenons ainsi le chemin afin de faire mieux appréhender une dimension fondamentalement humaine, mais universelle par son langage, ses moyens, son propos central.

Celui-ci est de faire comprendre les débuts d'une conscience élaborée du Temps, de la Conscience et du Combat universel entre Lumière et obscurité.

 

Le Temps est le facteur premier qui élabore la conscience humaine.

 

Il est mesurable.

 

Pour ce faire, sans autre instrument, l'homme a dû prendre ses repères dans la Loi première : alternance du nyctémère. Jour et Nuit.

 

La Conscience est une accumulation de moments, en fonction du Cosmos proche et lointain. Une élaboration mentale qui prend ses repères, ne naît pas dans un environnement quelconque. Tenir compte de ce fait est plus éclairant que de nier cette dimension.

Nous sommes culturellement influencé par l'énorme complication (et la richesse qui en découle, forcément...) qu'a apporté la montée en puissance des sciences et des techniques.

Cet enrichissement matériel a été de pair avec un changement collectif de mentalité, peu à peu, génération après génération, pour le meilleur et le pire.

La progression, c'est à dire, l'amplification du processus de développement technique, a détourné l'homme de l'autre dimension, celle de sa conscience intérieure.

Par conscience intérieure, nous nous devons de philosopher quelque peu.

Conscience intérieure : un carrefour.

 

Soit suivre la voie de la Foi, soit suivre celle de données immémoriales, ou historiquement déterminées, que véhiculent les sciences ésotériques, appelées généralement : Tradition.

 

La Tradition est un ensemble de concepts, transmis (oralement puis de manière écrite) de génération en génération, de personne à personne. Cet ensemble peut être l'alchimie par exemple, où la technique manipulatoire doit être encadrée par une réflexion approfondie sur la nature minérale conçue comme susceptible de Vie, d'évolution. 

 

L'alchimie se consacre ainsi au plus ingrat des travaux d'Hercule ! 

Se confronter à la partie la plus rude de la Nature, la plus inerte, en apparence, et en faire surgir des matières toujours plus ouvertes au rayonnement intérieur et extérieur. Cette leçon perpétuelle d'investigation est à la fois la plus noble des pratiques ésotériques, et aussi la plus décriée, puisqu'en principe, rien de bien neuf ne sortira du métal ou du minéral qui ne soit prévisible par la science physico-chimique....

A moins que ! Avis aux amateurs assez courageux, et selon les esprits forts, inconscients ou fous pour se dépenser dans une telle pratique.

 

D'autre part, la Foi, autre branche du carrefour, porte et déplace les montagnes. Elle permet de franchir assez aisément les obstacles, par adhésion affective. Elle brûle les réticences de l'intellect qui réprouve le saut dans l'invisible et freine constamment la conscience dans cet élan.

 

Le Temps fait naître la conscience, disions-nous.

 

La nature nous permet de mesurer par le rythme et le balais des mouvements de l'environnement céleste, la progression de la conscience.

 

Détaillons cet environnement et son lien avec l'homme intérieur.

 

Le Soleil visible, est le principal mobile. Le centre de l'élaboration de la conscience. Et donc, la cristallisation progressive de l'individu, en tant que centre unique.

Et donc, la source de l'égo-monde.

Nous disons égo-monde, pour distinguer égocentrisme de l'élaboration de la conscience saine, et non, tout de suite, par la caricature de l'égo déformé, qui est actuellement une véritable manie de la conversation : trop d'égo, pas assez d'égo, toujours l'égo décrié comme une tare.

 

L'égo-monde est l'unité consciente individuelle. Un Monde en semence. A son origine.

 

Dans la mesure du Temps, il y a deux directions. Une individuelle, domestique, quotidienne. Une seconde, collective, plurielle, pluri annuelle.

Gardons à l'esprit ces deux dimensions. 

Si le Soleil et la Lune peuvent être immédiatement commensurables, par leur cycle de la lunaison, quasi mensuelle, l'autre dimension, est basée sur le modèle du cycle de Jupiter - Soleil, soit une base duodécennale ( 12 années).

La connaissance du rythme cosmique est très ancienne. Les acquits scientifiques ont permis de faire prendre un relief tout à fait exceptionnel à ce mode de connaissance à la fois astrophysique et aussi astrologique.

 

L'homme étant comparable à une semence terrestre, la position dans le cosmos de la planète Terre est aussi fondamentale pour l'appréhension de l'autre réalité du Temps.

 

La Terre est entourée, dans la dimension individuelle, de deux planètes fondamentales : Vénus à l'intérieur, Mars à l'extérieur.

La conscience a donc, du point de vue de l'autre réalité du Temps, deux dimensions ( individu - collectif ), deux mesureurs ( Soleil - Jupiter ), deux axes de développement ( Vénus - Mars ). Ces derniers correspondent à la matérialisation de cette conscience : désir - action - conséquences (satisfaction - échec).

 

La naissance de chaque individu correspond en réalité à la conjugaison de trois dimensions imbriquées.

La semence héréditaire, le terreau éducatif, le ciel du moment de naissance comme environnement universel.

 

Pensons que chaque conscience est une collection de germes planétaires, dotés ou non de possibilités selon la transmission génétique, et favorisés ou non selon le terrain dans lequel elle peut se développer.

 

Penser autrement serait forcément ignorer une de ces trois dimensions.

 

L'entrée dans une réflexion plus technique, souvent nommée astrologie et fortement décriée par les esprits forts, demendera de plus amples commentaires.

 

Mais le principe est ici posé. 

 

N'oublions pas ces bases concrètes que sont l'hérédité et l'éducation avant de commencer à deviser sur l'environnement universel.

 

Les deux bornes posées que sont le Soleil et Jupiter, l'individu et le collectif, que nous apprennent les données collectées par l'astrophysique.

 

Le Système Solaire, qui concerne au plus haut chef, la Terre, est actuellement appréhendé comme un ensemble de HUIT planètes : MERCURE, VENUS, TERRE, MARS, JUPITER, SATURNE, URANUS, NEPTUNE.

De ce système, on peut répartir en planètes rocheuses, les quatre premières, et en planètes gazeuses les quatre suivantes.

 

Autrement pensé, une zone ignée et rocheuse, qui s'étend du Soleil central à la zone extérieure de la ceinture de cailloux nommés astéroïdes, et ensuite une zone fluide de planètes de grande dimension dont la borne extérieure est à nouveau une zone rocheuse dite ceinture de Kuiper.

 

Habitués à ce que l'on dénombre neuf voire dix planètes, la description ci-dessus aura suscité une interrogation. Que faisons-nous de PLUTON découverte en 1930 par Percival Lowell, voire de la planète ERIS découverte en 2006, et dont les éphémérides (position dans le référentiel zodiacal) ne sont pas encore actuellement diffusées ?

 

Et bien, nous ne les oublions pas, bien entendu. Mais, elles ont été rejetées actuellement par les conventions astronomiques au rang des planètes naines.

 

Sans trop verser dans les détails techniques, disons d'emblée que même au rang de naines, elles n'en sont pas moins bien réelles, et donc, les intégrer dans la réflexion humaine, dans la recherche de l'autre réalité du Temps est loin d'être vain ou inutile.

Mais, comme nous n'en sommes qu'au début de notre réflexion, nous en resterons là pour le moment.

L'intérêt que peut avoir toute cette cartographie des planètes provient de ce que seule cette dimension explicite les capacités individuelles et son ajustement au destin collectif. Trouver les clefs d'interprétation de cette dimension cosmique fut de tout temps à la fois le souhait de nombreuses personnes, et à la fois l'objet de la réprobation des esprits forts.

Mais, il nous a aussi semblé essentiel de bien tirer les enseignements de la dimension ésotérique d'une telle recherche. Ces enseignements valent pour tout domaine de recherche qui intègre la Conscience comme champ d'application de cette dimension.

 

Les mythes, les symboles ne sont pas de simples éléments graphiques ou des histoires arbitrairement décrites. Elles émanent vraiment d'une Conscience plus large, collective et nous font passer dans une nouvelle dimension : 

 

L'autre réalité du Temps.

 

Ainsi, le Ciel est peuplé d'autant d'Argus, que sont les étoiles, comme autant de fenêtres schématiquement ramenées au chiffre symbolique de 50 constellations qui sont autant de Compagnons de Jason dans sa quête de la Toison d'OR.

 

Toise : instrument de mesure.

D'OR : passer le métal au dehors.

 

A bientôt.

DENEB CYGNI




 



Partager cet article

Repost 0
Published by Filostène
commenter cet article

commentaires

Laurent 04/10/2011 17:04


Bonjour,

Bravo pour cette belle et heureuse initiative.

Oui, l'astrologie soit être considérée comme relevant de la Tradition, pour autant que cette discipline soit comprise et traitée comme il se doit...

Très évidemment, un pont existe bel et bien entre alchimie et astrologie. Deux disciplines (parmi tant d'autres)pour une seule perspective finalement : l'Homme au centre de cette conscience
universelle.

Un long et difficile chemin. Mais tellement exaltant.

Laurent